Programme SMMIL-E

Programme SMMiL-E (Seeding Microsystems in Medecine in Lille – European-Japanese Technologies against Cancer) Dr Dominique COLLARD

L’équipe :

Mananu ATAKA, Chercheur CDD, Université de Tokyo
Dominique COLLARD, Directeur de recherche, CNRS
Donghyuk KIM, Chercheur CDD, Université de Lille
Deniz PEKIN, Chercheur CDD, CNRS
Grégoire PERRET, Chercheur CDD, CNRS
Yuki TAKAYAMA, Doctorante, université de Lille
Cagatay TARHAN, Enseignant chercheur, ISEN YNCREA
Ryohei UENO, Chercheur CDD, CNRS

SMMiL-E est un programme de recherche international, dont l’objectif est le transfert de la recherche sur les microsystèmes effectuée par l’université de Tokyo au Japon vers la France pour la recherche contre le cancer. Pour le réaliser, le CNRS et l’Université de Tokyo ont implanté à Lille en 2016 un site miroir du LIMMS, leur laboratoire international commun installé depuis 1995 à Tokyo.

Objectifs :

Les Microsystèmes sont des dispositifs de tailles très réduites dans lesquels sont intégrées de nombreuses fonctions d’actionnement, de capteurs et de contrôle intégré pour répondre à des applications très multiples où la miniaturisation présente de grands avantages (accéléromètres dans les téléphones portables, têtes d’imprimantes à jet d’encre …).
Depuis une décennie, une part considérable des développements des microsystèmes a concerné la fluidique et biologie. En effet, les microsystèmes peuvent intégrer des micro canaux pour manipuler les fluides en très faible quantité et analyser les composants biologiques qu’ils contiennent. Ces possibilités concernent les tests moléculaires, le tri et l’analyse de cellules. Ces dispositifs donnent la possibilité d’exposer les biomolécules et les cellules à différents types de réactants pour analyser des interactions avec des hauts débits grâce à la mise en parallèle des réactions. L’ensemble de ces microsystèmes constitue la famille des BioMEMS, ils présentent un très grand potentiel applicatif car leur fabrication est, à l’instar des circuits intégrés massivement parallèle avec des coûts de production très compétitifs.
L’étape suivante concerne l’application de ces bioMEMS dans le champ de la recherche clinique pour exploiter leur potentiel dans le domaine de la lutte contre le cancer.

Parmi les pays où les bioMEMS connaissent un développement important, le Japon a mis une priorité toute particulière dans ces nouveaux dispositifs. Plus précisément, l’Université de Tokyo qui fait partie des leaders mondiaux dans le domaine des bioMEMS.

La convergence de cette excellence technologique avec une recherche clinique structurée ouvre un champ d’investigation scientifique extrêmement riche et propice à de nombreuses innovations technologiques et thérapeutiques. C’est ce champ que propose d’investiguer SMMiL-E pour la recherche contre le Cancer.

Cette synergie internationale permettra de proposer une approche scientifique originale pour répondre aux grands enjeux de la recherche contre le Cancer.

Cinq publications récentes :

1) S. Kaneda, Jiro Kawada, M. Shinohara, M. Kumemura, C. Lagadec, R. Ueno, B.J. Kim, Y. Ikeuchi, Y. Sakai, D. Collard, H. Fujita, T. Fujii, « Compartmentalized tumor spheroid culture system for evaluation of localized anticancer drug treatment », submitted 2018
2) J. Pauty, R. Usuba, I. Gayi Cheng, L. Hespel, H. Takahashi, K. Kato, M. Kobayashi, H. Nakajima, E. Lee, F. Yger, F. Soncin, Y. T. Matsunaga,, « A Vascular Endothelial Growth Factor-Dependent Sprouting Angiogenesis Assay Based on an In Vitro Human Blood Vessel Model for the Study of Anti-Angiogenic Drugs », EBioMedicine, 2018, Volume 27,  Pages 225-236
3) M. Danoy, M. Shinohara, A. Riski-Safriti, D. Collard, V. Senez, and Y. Sakai, « Alteration of pancreatic carcinoma and promyeloblastic cell adhesion in liver microvasculature by coculture of hepatocytes, hepatic stellate cells and endothelial cells in a physiologically-relevant model, » Integrative Biology, 2017 – vol. 9, pp. 350-361.
4) L. Bresson, E. Leblanc, A.S. Lemaire, T. Okitsu, F. Chai « Autologous peritoneal grafts permit rapid reperitonealization and prevent postoperative abdominal adhesions in an experimental rat study. « , Surgery, 2017 – vol. 162, pp. 863-870.
5) G. Perret, T. Lacornerie, F. Manca, S. Giordano, M. Kumemura, N. Lafitte, et al., « Real-time mechanical characterization of DNA degradation under therapeutic X-rays and its theoretical modeling, » Microsystems & Nanoengineering, online 2016 vol. 2, p. 16062, 12/05/.

 

Print Friendly, PDF & Email